The Nguni Sound - South Africa & Swaziland 1955 ’57 ’58 (2003)

http://www.akhaba.com/sites/default/files/covers/11-12/thengunisound_front.jpg The Nguni Sound - South Africa & Swaziland 1955 ’57 ’58 par 9789077068182

Une compilation de chants fascinants, souvent protestataires, enregistrés à la fin des années 1950 en Afrique australe par l’ethnomusicologue britannique Hugh Tracey.

label: 
"Médias > Musique"
EUR 13.5
Type de produit: 
Album
selection akhaba.com

The Nguni Sound - South Africa & Swaziland 1955 ’57 ’58

label: 
Date de parution: 
2003
Réf
types de supports: 
CD
9789077068182
0

C'est entre 1955 et 1958 que le grand ethnomusicologue d’origine britannique Hugh Tracey réalise les enregistrements de cet album auprès de communautés réunies ici sous le nom de Nguni, soit les branches dérivant d'une origine ethnique principale nommée Mnguni. Présents sur la côte Sud-Est de l'Afrique, les peuples appelés aujourd'hui Zoulous, Swazis (ou Swatis), et Xhosas, auprès de qui furent enregistrées les plages de ce disque, dérivent de cette commune origine.

Le son Nguni qui donne son nom à l'album s'y dévoile à travers une fascinante mosaïque de thèmes, de la chanson d'amour à la protest song, du chant solitaire s'accompagnant seulement d'un arc uhadi aux chants collectifs rythmés du claquement des mains.

Comme dans de nombreuses sociétés pastorales d'Afrique du Sud, la musique des Ngunis est presque essentiellement vocale. Mais cet enregistrement pourvu d’un excellent livret ne s'arrête pas à ce constat. Son premier mérite est de montrer le lien fondamental entre le jeu des arcs musicaux (uhadi, umrhubhe, umakhweyana) et l'utilisation de la voix dans la musique de cette région.

Ces arcs produisent un son principal, en même temps que d'autres notes, des « harmoniques ». Longs de plus d'un mètre, ces instruments comportent un petit résonateur ouvert (une calebasse ou bien la bouche de l'instrumentiste). En bouchant plus ou moins cette ouverture, on choisit les harmoniques que l'on veut entendre. Les combinaisons de toutes ces notes ont donné naissance aux gammes utilisées par la voix.

Et quelles voix ! Les deux premières pistes de l’album nous plongent dans l'ambiance intimiste de chants où un vocaliste seul s'accompagne d'un arc uhadi. A ces deux poignantes introductions succèdent immédiatement deux chants de groupe destinés à la fête et à la danse. Le tour est joué, et le disque nous happe. Les voix s'entremêlent avec une finesse et une puissance marquantes.

Cachés au milieu de puissantes chansons d'initiation (comme celle du dixième morceau, Izigqumza, joyeux et magnifique) et de chants plus calmes, voire mélancoliques, de petits bijoux constellent le disque de belles surprises, comme la protest song Ilizwe lifile kuzimfazwe zodwa (le pays est mort tout n'est plus que combat), pour n'en citer qu'une.

En parfaite introduction à la musique des Xhosas, Zoulous et Swazis, cet album propose un magnifique parcours balisé de perles qui, à coup sûr, donnent l'envie de se plonger plus avant dans le son Nguni.

Par Léo Machelart | akhaba.com

Recommandé si vous aimez
extract1: 
Mots Cles
Partager | translate
commentaires