Issa - So bouzouk (2012)

http://www.akhaba.com/sites/default/files/covers/07-12/issa_sobouzouk_front.jpg So bouzouk par Issa 3149028014624

Le Kurde franco-libanais publie un nouvel album qui sublime le bouzouk, lui fait rencontrer le jazz et le flamenco et même prendre des accents mystiques.

"Médias > Musique"
EUR 12
Type de produit: 
Album

So bouzouk

Date de parution: 
2012
Réf
types de supports: 
Digipack
3149028014624
0

Né en 1970 et grandi au Liban qu’il a quitté en 1984 en pleine guerre pour la France, Issa est un Kurde qui n’a jamais visité le Kurdistan, notamment sa partie turque d’où sont exilés ses grands-parents. Déraciné, il transforme ses racines musicales en une nouvelle tradition, un territoire personnel, souvent onirique, comme cette rêverie dansante qu’il propose ici avec Nubian Steps, un instrumental où le bouzouk clairet de Issa entretient un dialogue de haute volée avec le tambourin à cymbalettes du Palestinien Youssef Hbeisch, remarquablement présent sur les neuf morceaux de ce septième album du compositeur franco-libanais.

Autre échange d’élégance, de complicité, Kromatico semble une danse, ou plus exactement un baile entre la guitare flamenca de Manuel Delgado et le bouzouk de Issa. Hbeisch transforme ses cymbalettes en castagnettes alors que le contrebassiste turco-arménien Emek Evci développe des accords au toucher jazz.

Cette fois, Issa Hassan s’est emparé du bouzouk, instrument de l’Est méditerranéen dont le banjo occidental est si proche, pour en repousser les limites, lui donnant parfois des ailes à l’exemple de C’est ainsi. Il y est encouragé par la frappe virtuose de Hbeisch encore et le piano de son compatriote, autre exilé franco-libanais, Elie Malouf, en plus de huit minutes déroutantes, de réminiscences orientales, trame grecque, d’harmonies classiques européennes, alternant contemplation et vivacité.

Sans se forcer, le jeu de Issa prend quelques fois des allures qui tournent au mysticisme telle Fable des steppes. Son final ferait croire à une ronde de derviches tourneurs vibrant aux ondes du saz, le luth des ashiks, les bardes amoureux colportant désir profane et passion divine à travers l’Anatolie, le Caucase et jusqu’aux confins de la Chine.

Issa a passé des années sur les archives sonores de l’Institut kurde de Paris, en exhumant quelques  perles oubliées. Il a dépoussiéré ces joyaux de la culture kurde, leur donnant un nouvel éclat, une actualité qui les fait durer. Bien sûr, il y a chez Issa du jazz quand l’improvisation virtuose le dispute à l’exigence de la rigueur. Mais, en Orient on joue ainsi depuis des siècles.

Par Bouziane Daoudi | akhaba.com

Albums proches
Recommandé si vous aimez
extract1: 
Mots Cles
portrait: 
Région: 
Partager | translate
commentaires