Ar Re Yaouank aux 20es Vieilles Charrues

evenement

Ar Re Yaouank aux 20es Vieilles Charrues

description: 

 

 

 

 

 


L’événement de l’été 2011 ? Le retour sur scène des ex-Les Jeunes, Ar Re Yaouank en breton, cinq gars furieux qui ont révolutionné le fest-noz traditionnel à leur apparition à la fin des années 1980 jusqu’à leur dispersion en 1998. Ils reviennent donc, mais pour une date unique (jeudi 14 juillet) aux Vieilles Charrues, le plus grand festival de France qui fête sa vingtième saison cette année. Ce retour exclusif a de fortes chances d ‘éclipser en terre bretonne les méga stars programmées durant ce long week-end juilletiste où il coulera du côté de Carhaix plus de houblon et de malt brassés qu’une pluie bretonne.

La recette magique d’Are Re Yaouank : un brassage harmonieux et puissant de kan ha diskan, de rock et autres traditions celtes plus ou moins poivrées que les frères Guichen, Fred (accordéon diatonique) et Jean-Charles (guitare), David Pasquet (bombarde), Gaël Nicol (biniou) et Stéphane De Vito, le bassiste venu du hard rock, servent avec une rare énergie, réactualisant l’esprit festif et dansant des festoù-noz, provoquant l’engouement des générations nouvelles pour une musique ancestrale. Parmi la centaine de spectacles, nous sélectionnons Titi Robin en trio (le 14), le vendredi avec les Marseillais de Lo Cór de la Plana d’un côté et le reggaeman jamaïcain Barrington Levy sur une autre scène, la rencontre dimanche du kan ha diskan vigoureux et la gwerz émouvante d’Erik Marchand avec le rock progressif de l’Alsacien Rodolphe Burger.

Les Charrues se terminent avec une soirée, en partenariat avec un autre gigantesque rassemblement estival européen, le festival hongrois Sziget, dédiée aux rythmes des Balkans et d’Europe orientale, musique tsigane, klezmer qui peuvent être mêlés de rock punk, reggae, hip hop, musique électronique ou chant arabe. Une nuit où vont rivaliser de délire les Israélo-New-Yorkais de Balkan Beat Box, le septette de Budapest Vojasa, l’ensemble Söndörgö issu d’une minorité serbo-croate de Hongrie, la troupe roumaine de Transylvanie Nadara, Gaetano Fabri, le DJ rescapé de l’acid-house, le Français Tagada, autre bidouilleur électro-world et sélectionneur exigeant, le Serbe imparable Goran Bregovic, qui, avec son Orchestre des Mariages et Enterrements, réveillera les morts, espérons-le.

Par Hadi Omar | akhaba.com

albums relatifs
Mots cles
Instruments: 
dans la boutique
sur le web
Partager | translate
commentaires
Commentaires:

Nous avons les mêmes goûts, si j'avais pu y aller (je le voulais vraiment pour Ar Re Yaouank qui ont été mes Beatles à moi) j'aurais été voir les mêmes groupes grosso modo que ceux que vous avez remarqué !