Doc Watson dans les vertes prairies du paradis

evenement

Doc Watson dans les vertes prairies du paradis

description: 

 

 

 

 

 

 

 


Photos Patrice Dalmagne

Arthel Lane "Doc" Watson est mort le mardi 29 mai 2012, à quatre-vingt-neuf ans. Cette légende de la musique populaire américaine, auréolé de huit Grammy Awards, a influencé des générations de musiciens folk d’abord, mais aussi des artistes de bluegrass, country, blues, gospel. Une influence majeure due à la beauté et à l’authenticité de son chant mais aussi à sa maîtrise exceptionnelle de la guitare en utilisant principalement le flatpick, une technique de jeu particulière, et en second lieu le fingerpicking, autre manière singulière de pincer la six-cordes.

Doc Watson doit pratiquement sa vie à son instrument de prédilection appris dès l’enfance où, à un an, il perd la vue suite à une infection de l’œil. Un handicap qui pousse ses parents à le faire travailler durement pour le rendre indépendant. Ayant appris sa première chanson, le petit Arthel se fait offrir sa première guitare par son père tout fier.

Né en Caroline du Nord, dans les monts des Appalaches, terre rurale et minière pauvre, surdoué dès sa prime jeunesse, Arthel commence par faire la manche dans les rues de son natal Deep Gap, reprenant des célébrités country et folk en duo avec son frère Linny.

Avant d’atteindre la majorité, il possède déjà un grand répertoire de chansons qu’il joue à la guitare acoustique aussi bien qu’à la guitare électrique avec laquelle il se joint dès 1953 au Jack William’s Country And Western Swing Band dans le Tennessee et travaille aussi comme accordeur de piano.

Ce seront les années 1960 qui deviendront sa véritable rampe de lancement avec la mise à feu du folk et où, sur les conseils d'un musicologue, il se mettra à jouer seulement en acoustique, guitare, banjo, harmonica. L’explosion du folk propulse alors son premier album, Old Time Music at Clarence Ashley’s.

La carrière solo lancée, Doc joue en duo avec son fils Merle de 1964 à 1985 où ce dernier meurt à trente-six ans dans un accident de tracteur. Entre-temps, le duo familial s'était agrandi dès 1974 avec le bassiste T. Michael Coleman en trio écumant les scènes de la planète jusqu'au début des années 1980 dont un remarquable passage par Paris, à l'Olympia en 1981.

Une voix de baryton à la diction émouvante, une modestie naturelle font aussi aimer Doc (surnom hérité du compagnon de Sherlok Holmes, Dr Watson) à des millions d’admirateurs. Une popularité immense qui lui fera décerner la National Medal of the Arts par le président Clinton en 1997. Arthel commence à réduire ses tournées et, dès 2007, il est accompagné par son petit-fils Richard, le fils de Merle qui a un festival en sa mémoire, le MerleFest.

C’est l'une des manifestations les plus populaires au monde dédiée à l’acoustique folk, bluegrass, blues et autres styles musicaux anciens et où Doc était régulièrement invité jusqu’à cette opération du côlon qui vient le faire disparaître dans sa Caroline natale.

Doc Watson laisse près de 40 albums en héritage à ses fans et plusieurs centaines de chansons dont le succès de ses succès enregistré en 1991, Deep River Blues. Aux Etats-Unis, il est considéré comme un trésor national.

Par Bouziane Daoudi | akhaba.com | 2012-06-03

Doc Watson interprète Deep River Blues

Mots cles
portrait: 
Instruments: 
Région: 
Thème: 
sur le web
Partager | translate
commentaires