Kanté Manfila est décédé à Paris

breve

Kanté Manfila est décédé à Paris

Le 20 juillet 2011 est aussi la disparition de l’un des meilleurs guitaristes et compositeurs d’Afrique, le Guinéen Kanté Manfila décédé à Paris des suites de sa maladie. Fabuleux meneur dans les années 1970 du tout aussi mythique groupe les Ambassadeurs du Motel de Bamako, Mali. Né en 1946 Farabanah, il part très jeune avec sa famille de griots malinké à Kankan, ouest de la Guinée, où il grandit et apprend le balafon avant de s’initier à la guitare. A quatorze ans, il va vivre auprès de son oncle dans la capitale ivoirienne, Abidjan, puis  commence à se faire connaître au sein de la diaspora guinéenne en animant ses fêtes communautaires. Son jeu impressionne un riche exilé guinéen qui l’aide à poursuivre des études au conservatoire de musique d’Abidjan. Diplôme poche, Kanté joue avec divers groupes, enregistre quelques succès solo et rencontre le saxophoniste malien Moussa Cissokho qui l’initie aux musiques modernes, puis Sorry Bamba, directeur de l’Ensemble instrumental de Mopti (Mali), proche des Dogons, qui l’invite en 1969 à jouer dans son pays. Moussa Cissokho lui fait rejoindre en 1971 les Ambassadeurs du Motel dont il devient le chef d’orchestre avec comme chanteur Salif Keita.

En 1978, l’arrestation de plusieurs personnalités politiques protégeant l’orchestre menace l’existence du groupe. Kanté et Salif partent à Abidjan où ils forment les Ambassadeurs Internationaux et signent Mandjou, perle de la musique mandingue et africaine en général. Ode à Ahmed Sékou Touré (1922-1984), père autoritaire de l’indépendance de la Guinée, inspiré d’un chant traditionnel mandingue que Manfila réadapte avec des accents jazz qui subliment la voix de Salif Keita, alors que lui refusait de chanter pour le président guinéen. En 1980, les deux amis s’envolent vers les Etats-Unis pour enregistrer les deux albums Primpin et Tounkan avant de s’installer à Paris.

En 1986, Manfila se lance dans une carrière solo où se croisent tradition mandingue, rock et blues. Il signe plusieurs albums majeurs dont Kankan Blues, une épopée moderne enregistrée à Kankan, Tradition qui régénère la musique malinké avec la kora de son compatriote Mory Kanté, le sophistiqué Diniya basé sur la rythmique funk du bassiste camerounais Willy N’for (1956-1998), les synthés du Malien Cheik Tidiane Seck. Manfila a produit le disque prévu en septembre 2011 de sa compatriote Sia Tolno. Auteur de plusieurs tubes mandingues tels Marsa, Sidiki, artiste prolifique, Kanté Manfila a signé aussi Denko enregistré avec les Petits chanteurs de Paris témoignant de sa grande ouverture aux autres cultures.

Par Hadi Omar | akhaba.com

albums relatifs
Mots cles
Instruments: 
Région: 
dans la boutique
et aussi sur akhaba.com
et aussi sur akhaba: 
Partager | translate
commentaires